Notre histoire

Notre histoire

Point-Virgule trouve ses origines du côté de la commune bruxelloise de Saint-Gilles où, en 1904, les sœurs Schaeken ouvrent un home destiné à accueillir des enfants orphelins ou abandonnés.

En 1906, l’institution pose ses valises à Yvoir, commune qui accueillera le siège social jusqu’en février 2017.

Après avoir successivement vu la création de l’Orphelinat du Sacré-Cœur à destination des filles et avoir créé deux écoles primaires, l’Institut Notre-Dame-de-Lourdes va, dans les années d’après-guerre, se structurer et se professionnaliser.

Les années 70 voient l’Institut opérer un retour à la mixité et l’arrivée d’un premier directeur laïc.

C’est à partir de 1988 que s’opère la décentralisation et la création successive des services tels qu’ils sont organisés actuellement.

En 1995, chaque service possède son bâtiment propre et en 2007, le dernier service encore sur le site d’Yvoir s’installe à Bois-de-Villers, lieu du siège social actuel.

En 2015 s’amorce une réflexion sur le changement d’identité de l’Institut. En avril 2018, celui-ci devient officiellement Point-virgule, l’entreprise sociale que l’on connaît aujourd’hui.

Notre vision et nos valeurs

Notre vision et nos valeurs

Notre vision

Point-virgule est une entreprise sociale qui développe le pouvoir d’agir et le partenariat, pour permettre à chacun de s’engager comme citoyen responsable et autonome.

Nos valeurs

DU SENS
EN PLEINE CONFIANCE

DU PARTAGE

CORESPONSABLES
EN TOUTE FRANCHISE
APPARTENANCE
Notre structure

Notre structure

Nos partenaires

Nos partenaires

Nos services

Vous êtes...

SAJ-SPJ, c’est quoi la différence ?

SAJ signifie Services de l’Aide à la Jeunesse, et SPJ Services de Protection Judiciaire. Les SAJ agissent avec l’accord du mineur : on parle alors d’aide consentie. Les SPJ opèrent à partir du moment où un jugement est rendu par le Tribunal de la Jeunesse (TJ). On parle dans ce cas d’aide contrainte qui ne nécessite ni l’accord du jeune, ni celui des personnes en charge de l’autorité parentale.

À quoi sert mon avocat ?

Qu’il soit choisi par toi -même ou désigné d’office, qu’il intervienne dans le cadre d’une procédure qui impose sa présence ou non, il doit te défendre et être ton porte-parole. Il va porter ta parole à la connaissance des autres intervenants (conseiller, directeur, juge…). Ton avocat ne donne pas son avis sur ce qu’il pense être dans ton intérêt, mais rapporte ton opinion et interpelle les autres acteurs sur les décisions qu’ils prennent, dans ton intérêt.

Quelle différence entre internat et foyer ?

Le foyer est un « service résidentiel ». Que tu sois en CAS (Centre d’Accueil Spécialisé) ou SAAE (Service d’Acceuil et d’Aide Éducative) , tu es hébergé pour une période déterminée à la demande du conseiller du SAJ, du directeur du SPJ ou du juge de la jeunesse. L’objectif est de t’apporter une aide ainsi qu’à ta famille. L’internat (souvent scolaire) peut être une réponse à un problème ou une question de  choix. Tu y manges et dors après l’école et tu rentres en famille en dehors des périodes scolaires. Dans le cadre d’un internat, ton emploi du temps est géré par des responsables et appliqué par des éducateurs surveillants. Les règles sont différentes d’un internat à l’autre.

La mise en autonomie, c’est quoi ?

C’est quand tu vis en kot ou en appartement et qu’un accompagnement est assuré par un intervenant social. Tu n’es donc pas tout à fait livré à toi-même puisque tu gardes un contact avec ta famille, le service et les éducateurs. Les éducateurs et les intervenants du service t’accompagnent et te rencontrent plusieurs fois par semaine pour t’aider à assurer ton quotidien, ton budget, tes relations et gérer les difficultés auxquelles tu pourrais faire face. Il est donc important que ton réseau t’entoure et s’implique dans ton projet. Être en kot ne signifie pas que tu es émancipé : tes parents sont toujours civilement responsables et ils sont toujours titulaires de l’autorité parentale (par ex, c’est eux qui signeront ton bail locatif). C’est le foyer qui paye les frais (somme limitée reçue par la Fédération Wallonie-Bruxelles) et va t’aider à gérer un budget. Pour ta garantie locative, tu dois trouver de l’aide dans ton réseau où auprès du CPAS.

Je vais avoir 18 ans, peut-on encore m’aider ?

Certaines situations particulières peuvent justifier une demande de prolongation de l’aide à la jeunesse jusquà tes 20 ans. Tu dois pour cela adresser une demande écrite au conseiller du SAJ avant tes 18 ans.

Combien de temps dure la mesure prise par le directeur du SPJ ?

1 an, mais cette durée peut être modifiée avant ou renouvelée, si les circonstances le justifient. Un dossier peut être clôturé lorsque le directeur du SPJ estime que la situation de danger n’existe plus et qu’une mesure n’est plus nécessaire. C’est le tribunal qui prend la décision sur base d’un rapport reçu par le directeur du SPJ.  L’intervention cesse d’office lorsque le jeune a 18 ans.

Suis-je encore responsable de mon enfant s’il est en hébergement ? Est-ce que je peux décider pour lui ?

Oui, vous restez responsable et vous avez le droit de vous informer de tout ce qui concerne la vie quotidienne de votre enfant. Les intervenants n’ont pas les pouvoirs de l’autorité parentale mais ils peuvent prendre des décisions relatives à la vie quotidienne. Votre avis et votre collaboration sont indispensables. Vous gardez par exemple le pouvoir de décision en matière de : réseau scolaire, choix des cours philosophiques et religieux, voyages à l’étranger, soins médicaux, droit à l’image,…

Si vous dépendez des SAJ, vous prendrez vos décisions en accord avec les services concernés. Si vous dépendez des SPJ, la direction du SPJ pourra imposer sa décision dans certains cas.

Puis-je contacter mon enfant ?

Oui, vous êtes autorisé à téléphoner, écrire et rendre visite à votre enfant dans le service où il est hébergé, sauf si une décision de l’autorité mandante l’interdit et le justifie. Les heures et jours de visites varient et sont à organiser avec le service, en fonction de vos disponibilités et de l’organisation interne du service. Des retours en famille sont aussi organisés et discutés lors des rendez-vous avec le SAJ et le SPJ.

Qui paye quoi ?

2/3 des allocations familiales sont retirées et versées à l’administration des services qui prennent en charge le jeune. Cette participation couvre les coûts d’hébergement. Le tiers restant vous est accordé ou est versé sur un compte bancaire au nom du jeune. Lorsque vous reprenez votre enfant (week-end ou congés), l’institution vous verse une contribution financière journalière ( fixée au 01/08/2008 à 3,50 €  max. 120 j/an et max. 30 j consécutifs). L’institution rembourse également les frais de déplacement de votre enfant. Celui-ci reçoit en outre de l’argent de poche, dont le montant varie selon l’âge. Tous les frais concernant la santé, la scolarité et les loisirs sont pris en charge par le service résidentiel. En ce qui concerne les frais médicaux, le service s’occupe de récupérer la quote-part auprès de votre mutuelle.

Lorsque vous me véhiculez, dois-je vous rembourser les kilomètres ?

L’idéal est que vous rencontriez votre enfant là où il réside. Si vous ne pouvez pas le faire pour une raison spécifique, nous pouvons assurer nous-même votre transport, sans frais.

J’ai une grosse urgence le week-end ou en soirée, que dois-je faire ? Êtes-vous disponibles  tout le temps ?

Nous ne sommes pas présents 24h/24 7j/7 mais vous pouvez nous contacter et nous laisser un message, nous vous rappelons dès que possible. En cas d’urgence ou d’indisponibilité (week-ends, soirées, etc.), un numéro de téléphone portable vous permet de joindre un membre de l’équipe (il peut s’agir d’un autre intervenant que celui qui vient chez vous).

Vous déplacez-vous en période de vacances, ou êtes-vous en congé ?

Nous ne sommes jamais tous en vacances au même moment. Les visites continuent durant les congés et les vacances scolaires, comme prévu entre vous.

Je n’ai pas de logement fixe. Pouvons-nous tout de même avoir rendez-vous ?

Bien sûr. Vous avez la possibilité de venir dans nos locaux ou de nous laisser trouver un endroit proche d’où vous êtes pour se rencontrer.

Vous cherchez un stage/un emploi

Remplissez et envoyez-nous ce document dûment complété.

Vous êtes prêt(e) à faire du bénévolat/volontariat

Contactez le coordinateur/la coordinatrice du service concerné pour envisager les modalités d’une éventuelle collaboration. Déjà merci !

Nous soutenir

Si vous disposez de matériel ou de biens inutilisés et que vous souhaitez leur donner une seconde vie, cela nous intéresse ! Ils nous seront peut-être très utiles dans le cadre de l’une de nos missions. Merci de bien vouloir contacter le service souhaité.

?